mère porteuse

La mère porteuse: le prix, les aspects juridiques, les garanties d’accomplir des obligations

Le couple marié avec des problèmes de fertilité est affronté de nombreuses questions en choisissant le pays et la clinique qui doit devenir le lieu de la naissance de leur bébé.

Parmi les questions les plus importantes, bien sûr, c’est le prix des services de la mère porteuse, l’attitude de la législation envers la pratique de la GPA, la procédure de l’enregistrement des documents d’un nouveau-né et la possibilité de protéger ses droits de la garde de l’enfant au cas où la mère porteuse changerait d’avis et ne voudrait pas de se séparer du bébé. Ayant trouvé les réponses à ces questions, les futurs parents sont obligés de chercher un compromis, car les critères suivants varient d’un pays à l’autre : 

  • Les modalités et les conditions de la fourniture des services de la GPA;
  • La procédure de la légalisation d’un nouveau-né et l’obtention du droit de la garde  de lui;
  • Les prix des services médicaux, juridiques et des services d’hôtellerie; 
  • Les engagement de garantie du côté de la clinique.

Souvent la totalité de ces facteurs forme des combinaisons extrêmement défavorables pour les futurs parents: la maternité de substitution à but non-lucratif ne permet pas d’économiser, car elle est sensiblement compensée par les prix élevés des services médicaux, juridiques et d’autres. Dans le nombre des pays où le prix des services de la mère porteuse est acceptable, il y a l’absence de la base juridique bien étudiée faute de quoi la mère porteuse a le droit de garder le bébé et aucun tribunal ne peut pas dénier son droit. Donc le couple marié a le risque de rester sans enfant après avoir payé une somme assez grande et avoir trouvé l’ambiance d’heureux souci parental. Et enfin la question la plus délicate — les garanties. Dans la plupart des cas un petit nombre de transferts d’embryon est déjà inclu dans le prix du programme et il n’y a pas de couverture des risques au cas de l’interruption de la grossesse. C’est à dire, si le nombre de la FIV prescrit n’ont pas donné le lieu à la grossesse  ou la grossesse a interrompu, il faudra payer de nouveau toutes les procédures médicales (de plus les honoraires de la mère porteuse)  pour reprendre les tentatives. En conséquence il existe un risque de dépenser tout l’argent sans devenir parents.

Feskov Human Reproduction Group a bien étudié toutes les «douleurs» des futurs parents et a doté ses forfaits des conditions avantageuses. Par exemple, chez nous le prix de la mère porteuse, de la donneuse d’ovules et même des services juridiques et d’hôtellerie sont inclus dans le tarif des programmes. En même temps nous offrons les différentes possibilités de la couverture des risques – de 12 semaines de la grossesse ou jusqu’à la naissance d’un enfant sain. Cela veut dire, au cas du transfert d’embryon raté ou de l’interruption de la grossesse la clinique refait tout le programme à ses frais autant de fois qu’il faudra pour atteindre le résultat. La législation ukrainienne protège à 100% les intérêts des parents, la mère porteuse n’a pas le droit sur enfant. Comme vous voyez, nous proposons le résultat «clefs en main» pour les futurs parents qui sont accablés de n’importe quelle situation médicale.

Trouvez l’information plus détaillée, posez vos questions à notre responsable sur le chat — nous allons vous aider à choisir un programme reproductif parfait pour vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *