endormir

Quand bébé ne réussit pas à s’endormir !

Ce comportement est très répandu chez beaucoup d’enfants. Tout à coup, ils se tortillent, grimacent, agitent leurs membres de façon désordonnée. Leurs cris témoignent d’une sensation de malaise. Ces pleurs s’installent autour de la 3ème semaine, s’amplifient à la 6ème pour finir vers la 10ème semaine. S’il ne peut pas s’endormir, que faire ?

En fin de journée, alors qu’il est visiblement fatigué, notre bébé ne réussit pas à s’endormir, il pleure beaucoup. Pourquoi ?

Les pleurs se situent la plupart du temps entre 18 et 19 h. II existe même des enfants qui pleurent quotidiennement à heures fixes. Selon les enfants, ce spleen du soir s’exprime soit par une nervosité inhabituelle, un caractère grincheux, un comportement inquiet… Soit par un très gros chagrin. Votre premier geste va consister à vérifier que rien ne le gêne, qu’il n’a pas faim ou qu’il n’a pas la fièvre. Changez la couche ou vérifiez qu’il est toujours au sec. Si vous n’êtes pas à la maison utilisez votre sac à langer.

Les gestes qui calmeront bébé

Puis, vous essaierez de le calmer en le portant contre vous. Couchez-le sur votre épaule, le ventre appuyé sur l’arrondi, le bas du dos bien maintenu. Vous pouvez encore l’installer à cheval sur votre avant-bras, sa tête appuyée au creux de votre coude, votre main entre ses jambes. Dans cette position, balancez-le légèrement en le promenant dans la maison, évitez les pièces trop bruyantes et trop éclairées. C’est un peu de quiétude qu’il faut lui apporter avant tout.

Vous pouvez encore l’asseoir sur vos genoux, le dos appuyé contre vous. Maintenez son dos d’une main et passez l’autre sous ses avant-bras. Vous pouvez aussi le porter dans un porte-bébé ventral tout contre vous. La cause de cet épisode de larmes en fin de journée est en fait assez mal élucidée… Et les explications données par les uns et les autres, psychologues ou pédiatres, sont plus de l’ordre de la supposition que du diagnostic.

Bébé est trop énervé !

Pour certains, il est le résultat d’un trop-plein de nervosité due à la participation de plus en plus éveillée aux activités qui se déroulent autour du bébé. Au cours de sa journée, il a vécu dans un environnement bruyant… Bruits du ménage, de chiens, de la rue, de la radio ou de la télévision, voix des personnes vivant à ses côtés… Il a dû s’adapter à des situations de séparation et de retrouvailles comme la crèche, la nourrice… Il a découvert la rue, le jardin, croisé d’autres visages que ceux qu’il connaît.

Bref, les sollicitations ont été nombreuses. Elles lui ont d’abord semblé agréables car les bébés aiment la nouveauté et le mouvement mais, au fil de la journée, il les a subies et son système nerveux encore immature les a supportées de plus en plus difficilement. Par ces cris, le bébé se décharge de ses tensions physiques et psychiques accumulées tout au long de la journée.

Pourquoi bébé crie-t-il ?

Pour d’autres, ces cris témoignent de la sensation diffuse d’une insatisfaction de leurs besoins à moins qu’ils ne s’apparentent à la détresse de devoir quitter le jour pour l’ombre de la nuit. La tombée de la nuit rendrait les bébés mélancoliques L’explication selon laquelle ces pleurs seraient dus à des coliques est de moins en moins retenue. En effet, le mode d’alimentation des enfants, au sein, au biberon avec un lait 1er âge ou un lait de régime, n’a pas réellement d’influence sur ses cris de fin de journée. De plus, personne n’a pu expliquer pourquoi ces coliques apparaîtraient uniquement à cette période de la journée.

Pourquoi parler à votre bébé ?

Ne laissez pas votre bébé seul avec ses pleurs, essayez de lui donner un sentiment de sécurité dans vos bras et dites-lui que vous l’aimez malgré sa colère.

Petit conseil

Parlez-lui à l’oreille, dites-lui que vous le comprenez et que vous l’aimez. II y a de fortes chances qu’au bout de 5 à 10 minutes de manifestation bruyante, il se calme, parfois pour un court instant, retrouvant une autre phase d’agitation. Soyez stoïques et essayez de ne pas vous angoisser, de ne pas vous énerver, il finira par s’apaiser et par s’endormir profondément.

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.